Pratique et urbanisme, billet d’humeur

Quelle belle affaire que l’urbanisme, discipline qui fait rêver sitôt que l’on songe au sujet auquel elle se rapporte, la ville, l’urbs, lieu d’expression de tant de civilisations. Lors d’une discussion sur les études, il est souvent bien malaisé de décrire sommairement une pratique, un métier que l’on voudrait pour réaliser une vocation. On invoque donc couramment des vocables englobant la ville : le développement durable ! la ville verte ! les transports aussi ! pourquoi pas la gouvernance ! Loin d’être une science empirique décryptant les règles du phénomène urbain, nous avons affaire à une science praxéologique, c’est-à-dire dédiée à l’analyse de l’action humaine, ce par une pratique faite d’aller-retour entre le réel et les modèles explicatifs fournis par les sciences sociales. À l’image de l’Histoire qui mobilise les capacités herméneutiques et heuristiques de différentes disciplines pour interroger les traces laissées par le temps, l’urbanisme va à la rencontre des savoirs disponibles sur la ville.

Cette posture n’est pas sans incidence sur la profession qu’exerceront les aspirants urbanistes, car la pratique ne sera jamais bien conduite que lorsqu’elle traduira en action le fruit de cette pensée, formée de l’expérience et de la maturation de savoirs. Ne pourrait-on pas alors parler d’engagement pour la ville ? Dans un contexte sociétal où l’abstention l’électorale prospère comme l’aspiration à la démocratie participative, on comprend mieux en ces termes le rôle indispensable à la société de cette praxis de la ville. Qu’en est-il alors du gouvernant, n’est-ce pas lui à qui incombe cette tâche difficile de faire triompher l’intérêt général au sein des villes ? Nous aurions un urbaniste au service du prince ? La formule est bien grandiloquente avouons-le, mais elle enferme en elle bien des enjeux s’opposant à l’esprit critique du futur praticien.

Illustrons un peu. On parle souvent de geste architectural, de langage architectonique, mais qu’est-ce donc que ce langage sinon l’expression d’un pouvoir symbolique dans la cité ? « Les discours ne sont pas seulement des signes destinés à être compris, déchiffrés, ce sont aussi des signes de richesse destinés à être évalués, appréciés et des signes d’autorité destinés à être crus et obéis. » (Pierre Bourdieu, Ce que parler veut dire, Paris, Fayard, 1982). Que l’on pense au Paris d’Haussmann, le pouvoir fut celui des classes dominantes, que dire aujourd’hui des écoquartiers ? La ville n’est plus un point à relier au pouvoir central, moins encore seule avec son arrière pays, elle participe maintenant d’une économie mondialisée, dont les modes de consommation de l’espace se diffusent à toutes les échelles. Crise environnementale ou mutation du mode de vie, le branding écoquartier, comme le monumental estampillé (De Portzamparc, Nouvel, Koolhaas et consorts) ne sont pas sans analogie avec des mises en scènes urbaine éloignées dans les siècles.

La sécurité par la résidentialisation d’un côté, l’ouverture sociétale d’un autre, la ville se prête aux les contradictions offertes par la nécessité. Qu’on pense encore à l’urbanisme coercitif pour empêcher les indésirables ou aux réalisations d’infrastructures et d’équipements que l’on appelle toujours plus structurants. Par delà le beau et l’efficace, n’oublions pas que la ville est avant tout l’expression d’une vie plutôt que son fondement. Laurent Théry, grand prix d’urbanisme 2010, parle de maïeutique préalable au projet urbain, le terme est sage si l’on se garde d’en revendiquer la paternité !

 à la découverte de la profession ; article publié dans la revue Lâme Urbaine n°3 (2011)

Publicités
Cet article, publié dans Praxis et urbanisme, Uncategorized, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s